Lisez notre mini-reportage sur les activités relatives à notre 25e anniversaire.

Dans le 75e numéro de la revue, ainsi que dans les trois numéros du Volume 25, Lurelu proposait de jeter un regard sur les artisans d’il y a 25 ans en littérature québécoise pour la jeunesse, et sur les problématiques soulevées dans nos premiers numéros.

Voici la liste de ces articles que vous pouvez aussi repérer dans les sommaires des numéros précédents (du Volume 24, numéro 3 au Volume 25, numéro 3) grâce aux losanges 75e et 25 ans.

 

   
   

SOIXANTE-QUINZE: UN TOUT JEUNE ÂGE D'OR
par Daniel Sernine


Volume 24, numéro 3, hiver 2002, p.4

LURELU, TÉMOIN DE 25 ANS DE CROISSANCE
par Daniel Sernine


Volume 25, numéro 3, hiver 2003, p.6

     
     
   
 

VINGT-CINQ ANS DE CROISSANCE EN LITTÉRATURE QUÉBÉCOISE POUR LA JEUNESSE
par Ginette Guindon et Ginette Landreville


«Comment comparer les dix-neuf titres parus en 1977 recensés par la revue avec les 359 de 2001 ? Les chiffres parlent d’eux-mêmes ! Le déploiement acquis en vingt-cinq ans est remarquable.»

Volume 25, numéro 3, hiver 2003, p.8

     
     
 

NOS LIVRES JEUNESSE EN LIBRAIRIE:
ENTRETIEN AVEC MICHEL LÉVESQUE, LIBRAIRE
par Ginette Landreville et Sophie Marsolais


«Fort de près de trente années d’expérience comme libraire, Michel Lévesque sait quantité de choses sur l’industrie du livre et ne craint pas de se prononcer sur tous les dossiers chauds qui font l’actualité dans le domaine. Nous lui avons demandé d’établir une comparaison rétrospective entre la problématique du livre jeunesse québécois en librairie à l’époque des débuts de Lurelu (1977-1978) et celle d’aujourd’hui (2001-2002).»

Volume 25, numéro 1, printemps-été 2002, p.73

   

 

     
   
 

REVOIR BÉHA
par Francine Sarrasin


«S’il nous était possible de mettre bout à bout toutes les productions plastiques de Béha, on se trouverait devant un vaste échantillonnage de motifs plus ou moins réalistes, plus ou moins stylisés, des personnages, des animaux, des êtres fantastiques, qui prennent forme sous la plume, le crayon, le pinceau, l’encre, l’aquarelle...»

Volume 25, numéro 2, automne 2002, p.11

     
 

REVOIR MARIE-LOUISE GAY
par Francine Sarrasin


«Il y a quelque chose d’éminemment joyeux dans les histoires imagées de Marie-Louise Gay. Est-ce la couleur, le jeu des lignes, des formes, les contrastes ? Est-ce la complexité des situations et le mélange délibéré de rêve et de réel ?»

Volume 25, numéro 3, hiver 2003, p.20

     
 

REVOIR TIBO
par Francine Sarrasin


«En 2002, il sera question du chemin qu’a parcouru cet illustrateur dans son œuvre. Contrairement à mes dossiers sur l’illustration, avant d’écrire ces lignes je n’ai pas rencontré l’artiste. Par choix. C’est son œuvre qui, au premier chef, m’intéresse. Une œuvre à regarder, profondément, pour la connaître mieux.»

Volume 25, numéro 1, printemps-été 2002, p.5

     
     
   
 

LE TEMPS SUSPENDU: RENCONTRE AVEC GINETTE ANFOUSSE
par Isabelle Crépeau


«Même si elle travaille avec discipline, et peu importe le public auquel elle s’adresse, sa manière de faire reste toute personnelle. Le ton frais et spontané de ses textes a beaucoup à voir avec sa méthode originale... pas cartésienne pour deux sous ! »

Volume 25, numéro 1, printemps-été 2002, p.69

     
 

LE TEMPS RETROUVÉ: RENCONTRE AVEC ROCH CARRIER
par Isabelle Crépeau


«L’agenda chargé de l’administrateur principal de la Bibliothèque nationale du Canada lui laisse maintenant peu de temps pour l’écriture. Il préfère donc demeurer discret sur les projets qui l’occupent quand il parvient à trouver quelques heures libres. Mais il continue de rencontrer ses lecteurs et signe volontiers des exemplaires de ses livres, dont plusieurs ont été réédités. »

Volume 25, numéro 2, automne 2002, p.81

   

 

 

LE TEMPS D’UNE PAIX: RENCONTRE AVEC CHRISTIANE DUCHESNE
par Isabelle Crépeau


«Christiane Duchesne, pour sa part, n’a jamais cessé de publier pour les enfants, accumulant les prix littéraires. Elle était d’ailleurs de nouveau en nomination pour le Prix du Gouverneur général lorsque Isabelle Crépeau l’a interviewée. »

Volume 24, numéro 3, hiver 2002, p.33

   

 

 

LE TEMPS DEVANT SOI: RENCONTRE AVEC BERTRAND GAUTHIER
par Isabelle Crépeau


«Depuis un an, l’écrivain à temps plein profite avec plus de sérénité de son nouveau rythme de vie. Il peut, avec davantage de lucidité que de nostalgie, jeter un regard sur le temps passé depuis les débuts de La courte échelle. »

Volume 25, numéro 3, hiver 2003, p.13

   

 

     
   
 

SUZANNE DURANCEAU: FIDÈLE À ELLE-MÊME
par Sophie Marsolais


«Entre deux appels à ses agents de New York, l’organisation d’une exposition de ses œuvres en Californie et sa charge de cours en Langage Plastique au cégep Ahuntsic, à Montréal, Suzanne Duranceau ne prend pas souvent le temps de souffler. »

Volume 25, numéro 2, automne 2002, p.75

   

 

 

DARCIA LABROSSE: 100 % ARTISTE
par Sophie Marsolais


«Illustrer des livres pour enfants est un métier très stimulant, beaucoup plus difficile qu’il n’y paraît. Quand je dis que c’est ce que je fais dans la vie, la plupart des gens sont émerveillés. Ils ignorent que, pour réussir dans ce domaine, il faut avoir les deux pieds sur terre, car ce n’est pas toujours facile d’être à la fois artiste et travailleuse autonome. » — Darcia Labrosse

Volume 25, numéro 1, printemps-été 2002, p.71

     
 

SUZANNE MARTEL: ÉCRIRE SA VIE
par Sophie Marsolais


«La bibliographie de Suzanne Martel ne rend toutefois compte que d’une infime partie de sa production littéraire. Pour l’écrivaine, écrire a toujours importé beaucoup plus que d’être publiée. »

Volume 25, numéro 3, hiver 2003, p.18

     
 

BERNADETTE RENAUD:
VINGT-CINQ ANS D’ÉCRITURE


Sophie Marsolais a rencontré cette écrivaine qui, sans abandonner tout à fait la littérature jeunesse, s’est tournée ces dernières années vers la littérature générale.

Volume 24, numéro 3, hiver 2002, p.53

   

 

 

RENCONTRE AVEC DEUX FEMMES REMARQUABLES

Annie Gascon revient à Lurelu le temps d’une entrevue avec Monique Rioux et Marie-Francine Hébert, auteures de la pièce Cé tellement «cute» des enfants dont la création en 1975 marqua le début d’une nouvelle ère en théâtre pour jeunes publics.

Volume 24, numéro 3, hiver 2002, p.55

     
     
   
 

MONIQUE CORRIVEAU ET L’ARRIVÉE DE LA MODERNITÉ
par Jean-Louis Trudel


«En moins de vingt ans, la carrière littéraire de Monique Corriveau l'a fait passer de l'aube de la Révolution tranquille aux rêves de révolution d'une province à la veille d'élire le Parti québécois.»

Volume 25, numéro 2, automne 2002, p.72

     
 

UNE TRILOGIE UNIQUE: HOU ILVA, DOU ILVIEN, HÉBERT LUÉE
par Ginette Landreville


«La trilogie de Gauthier, publiée de 1976 à 1980, s’inscrit de manière très représentative dans le contexte politique de l’époque, reflétant les valeurs sociales en vogue. Demeurée unique, elle constitue une oeuvre phare dans l’histoire contemporaine de la littérature jeunesse québécoise.»

Volume 25, numéro 3, hiver 2003, p.15

     
     
   
 

LES MARDIS DE MONIQUE CORRIVEAU
par Ginette Guindon


«Monique Corriveau, morte en 1976, ressuscite dans la mémoire intacte de son mari qui nous en communique toute la passion. (...) Quand on entre dans la maison de Bernard Corriveau, la photo de ses dix enfants dans un long cadre rectangulaire nous rappelle d’emblée que sa première épouse, l’écrivaine dont Lurelu vantait les mérites il y a vingt-cinq ans, avait une charge familiale que les auteurs du XXIe siècle auraient du mal à imaginer.»

Volume 25, numéro 2, automne 2002, p.69

     
 

HOMMAGE À SERGE WILSON
par Daniel Sernine, Cécile Gagnon et Ginette Guindon


«C’est avec tristesse que nous avons appris la mort du cofondateur et premier directeur de Lurelu, le matin du 21 septembre 2002.»

«Doté d’une grande sensibilité et faisant preuve à maintes occasions d’une grande délicatesse, cet être secret et discret va nous manquer.»

Volume 25, numéro 3, hiver 2003, p.95

   

HAUT


Revenir à la page des ARTICLES ou des ARCHIVES