À l'honneur


Consultez notre section des prix littéraires. Vous y trouverez une description des prix décernés en littérature jeunesse ainsi qu'une liste complète de leurs lauréats.


Un nouvel honneur pour Félix Maltais

1er juillet

Le fondateur et éditeur des Explorateurs, des Débrouillards et de Curium, Félix Maltais, a été nommé Membre de l’Ordre du Canada, fin juin, avec une centaine de citoyens de tous les horizons.

Il a accueilli la distinction avec la générosité qu’on lui connaît : «C’est un grand honneur qui rejaillit sur tous ceux qui travaillent au Mouvement des Débrouillards depuis trente-cinq ans».

«Je me considère comme un journaliste qui aime les sciences et les jeunes, et qui a eu la chance de pouvoir combiner ses deux passions. Je suis fier d’avoir eu la bonne idée et l’audace de créer le Mouvement des Débrouillards et d’avoir su bien m’entourer», a-t-il ajouté.

Le Mouvement regroupe des magazines, des livres et des BD, des activités d’animation, des chroniques dans les journaux régionaux, ainsi que des sites Web. Il continue de gagner en popularité, même à l’international : le concept a su s’exporter dans huit pays. D’après Félix Maltais, «la richesse de notre contenu multimédia nous permet de rejoindre les jeunes de tous horizons et ainsi mettre de la science dans leur quotidien».

L’aventure a été rendue possible grâce à l’alliance de trois partenaires majeurs, soit l’Agence Science-Presse (volet médias), le Réseau Technoscience (volet animation sur le terrain) et Bayard Canada (volet édition).


Première remise
des Prix Espiègle

2 avril

Samedi le 1er avril, l’atmosphère était à la fête à la librairie Bric-à-Brac, où l’Association pour la promotion des services documentaires scolaires (APSDS) remettait ses premiers Prix Espiègle, couronnant des livres audacieux, des œuvres qui savent émouvoir et déstabiliser, des livres qui font confiance en la capacité des enfants à développer leur jugement critique.

Cette année, les membres du jury, Julie Hermann, Émilie Léger, Lyne Rajotte, Anne-Marie Roy et Marjolaine Séguin ont désigné, parmi d’excellents finalistes, les gagnants suivants:

Pour la catégorie 5 à 11 ans :
Méchant Far West, 1 Le méchant qui voulait être pire de Marthe Pelletier et Richard «Écrapou» (première et deuxième sur la photo ci-dessus) , un album de bandes dessinées paru aux éditions Monsieur Ed (les co-éditrices Valérie Picard et Alice Liénard sont troisième et quatrième sur la photo).
L’auteure et l’illustrateur se partagent le prix de 500 $

Pour la catégorie 12 à 17 ans, le prix est allé à Nous de Patrick Isabelle, roman paru aux éditions Leméac.

L'auteur figure ci-dessous en compagnie de Mme Anne-Marie Roy. présidente de l'APSDS.

L’événement a été rendu possible grâce à l’Association des libraires du Québec (ALQ) et à la librairie Bric-à-Brac.

Dessin, Jacques Goldstyn; photos, Luce Tremblay-Gaudette

La Palmarès 2016-2017
de Communication-Jeunesse

31 mai

Le 31 mai, au superbe immeuble Viger de BAnQ, Communication-Jeunesse a dévoilé les résultats de son Palmarès des livres préférés des jeunes, édition 2016-17.

Bien que le Palmarès existe depuis plus de trente ans, il est bon de rappeler que chaque année, les membres des Clubs de lecture (5-8 ans et 9-11 ans) et des antennes du Réseau CJ (12-17 ans) de C-J sont invités à se prononcer dans le cadre d’un scrutin pancanadien en votant pour les livres de l’année qu’ils ont préférés.

Les bourses de 1000 $ ont été remises aux auteurs dans le cadre de la Fête des Livromaniaques, événement annuel qui permet aux jeunes de rencontrer leurs auteurs favoris. La cérémonie a été animée par la formatrice et animatrice Line Boily et fut suivie d’une séance de signature.

André Marois et Pierre Pratt remportent la première place dans la catégorie des 5 - 8 ans avec Aux toilettes, album publié aux Éditions Druide. Les jeunes lecteurs ont apprécié l'humour de cet album qui relate un phénomène étrange dans les toilettes de l'école d’où tout le monde revient subtilement transformé, comme par magie.

Mélanie Watt (ci-dessous) obtient la première position dans la catégorie des 9 - 11 ans avec La mouche dans l'aspirateur, publié aux Éditions Scholastic, un album où elle décrit les phases du deuil, une proposition qui a charmé les jeunes en plus de les faire réfléchir.

Enfin, Simon Boulerice remporte la première place dans la catégorie des 12 17 ans pour Les garçons courent plus vite, livre hybride publié à La Courte Échelle. Les jeunes ont été touchés par cette oeuvre poétique qui relate l'expérience d'un jeune en route vers l'adolescence.

Le Palmarès est généreusement commandité par Marquis Imprimeur.

texte, Daniel Sernine;
photos, Léa Fauvel, Communication-Jeunesse

Prix jeunesse des univers parallèles 2017

6 avril

Priska Poirier, auteure de La Fuite (tome 1 de la série de science-fiction «Seconde Terre»), a remporté le Prix jeunesse des univers parallèles 2017. Rappelons qu’exceptionnellement cette année, les trois romans en lice avaient déjà remporté le Prix jeunesse des univers parallèles au cours des sept dernières années.

Afin d’être en mesure d’annoncer les finalistes au printemps plutôt qu’à la rentrée scolaire de l’automne, la corporation Passeport pour l’imaginaire a changé le calendrier de travail de son comité de sélection. Ne voulant pas faire relâche cette année, la Corporation a proposé aux écoles, pour l’année scolaire 2016-2017, trois anciens lauréats du prix.

Les prochains finalistes seront choisis sur la base de la production comprise entre le 1er juillet 2015 et le 31 décembre 2016. Pour les éditions subséquentes du prix, les romans admissibles devront être publiés au cours des douze mois de l’année précédente.

Décerné annuellement depuis 2006, le Prix jeunesse des univers parallèles repose sur l’engagement d’enseignants de français qui mettent les trois romans finalistes au programme de leur cours, et sur la participation enthousiaste d’élèves de 1re, 2e et 3e secondaire qui lisent les trois livres et votent pour leur préféré.

Là-dessus, on pourra lire dans le prochain Lurelu une entrevue avec Claude Janelle, le secrétaire permanent de Passeport pour l’imaginaire.

HAUT