Coups de cœur

 

Cliquez sur le logo «é» pour accéder au PDF complet de ce numéro de la revue sur le portail Érudit.

 

VOLUME 43, N° 2, AUTOMNE 2020

 

 

Nadine Robert, L’éléphant de l’ombre, Comme des géants, 2019

Nadine Robert signe un texte d’une grande beauté, porté par une sensibilité et une délicatesse peu communes. (M. F.)

     
 

Jacques Goldstyn, Les étoiles, La Pastèque, 2019

Alors qu’à certains endroits, les illustrations présentent de subtils clins d’œil, à d’autres, elles s’avèrent d’une éloquence qui se passe de mots. (M. T.)

     
 

Véronique Drouin, Rivière-au-cerf-blanc, Québec Amérique, 2019

L’écriture rythmée allie les scènes d’action efficaces, les descriptions évocatrices et une galerie de personnages riches. (S. Mi.)

     
 

Andrée Poulin, Enterrer la lune, La courte échelle, 2019

Quel choix judicieux que celui de l’écriture en vers libres, qui scande les évènements, insuffle une puissance à chaque mot. (C. R.)

Tout dans cette œuvre a été pensé avec soin pour nous faire réfléchir et mieux comprendre notre monde. (D. C.)

     
 

Julie Morstad, Un jour tout neuf, Comme des géants, 2019

L’originalité du propos tient justement à cet impressionnant éventail de possibilités tout aussi libres qu’arbitraires. (F. S.)

     
 

Christiane Duchesne et Jérôme Minière, Un pique-nique au soleil,
La Montagne secrète, 2019

Quand on sait qu’on ne se lassera jamais de lire et relire un album, c’est qu’il réunit des qualités littéraires et un envoûtant pouvoir d’évocation. (R. L.)

     
 

Marie-Andrée Arsenault, Des couleurs sur la Grave,
Éd. La Morue verte, 2019

Et toujours, partout, cette dentelle qui joue le rôle de l’écume ou des nuages. Un trésor sur la Grave. (D. S.)

   

HAUT

 

 

VOLUME 42, N° 2, AUTOMNE 2019


 

Isabelle Arsenault (ill.), L’abeille à miel, La Pastèque, 2018

En véritable hommage à l’abeille, l’album paru à La Pastèque permet aux jeunes et moins jeunes de s’initier au travail acharné de ces insectes au fil des quatre saisons. (R. dR. R.)

     
 

Stéphanie Lapointe, Jack et le temps perdu, Quai n° 5, 2018

La place laissée aux silences dans le texte, tout comme les illustrations de Delphie Côté-Lacroix, rendent avec une rare délicatesse l’émotion vécue par les personnages. (M. F.)

     
 

Orbie, La corde à linge, Les 400 coups, 2019

Comme dans une pièce de théâtre, le jeune héros se raconte à nous sans détour dans un propos quasi philosophique : tomber ou ne pas tomber. (F. S.)

L’album est très visuel. On peut suivre l’histoire sans la lire, car on reconnaît tout de suite l’essence de chaque scène. Tout est esquissé en quelques traits fins. (R. L.)

     
 

André Marois, Moi, c’est Tantale, L’isatis, 2018

La puissance de ce roman graphique publié dans la collection «Griff», chez Isatis, est de conscientiser le lecteur. Les illustrations sobres et percutantes de Julien Castanié appuient la force du texte. (C. R.)

     
 

La collection «Griff», éditions de l’Isatis

En 2017, L’isatis a créé la collection «Griff». On y trouve à ce jour quatre albums chocs qui s’interrogent sur notre société et font réfléchir les adolescents sur le monde d’aujourd’hui. (D. C.)

     
 

François Gravel, Branchez-vous! et autres poèmes biscornus, Les 400 coups, 2019

Le prolifique lauréat du prix Raymond-Plante a choisi de s’attaquer à différents pièges et singularités de la langue française pour en tirer matière à s’amuser et à rire. (I. C.)

   

HAUT

 

 

VOLUME 41, N° 2, AUTOMNE 2018


bagages  

Rogé (ill.), Bagages, mon histoire. Poèmes de jeunes immigrants, La Bagnole, 2018

D’une simplicité désarmante, ces poèmes nous touchent droit au cœur. Les portraits de ces jeunes, dessinés par Rogé, nous montrent encore une fois toute leur humanité et leur sensibilité. (D. C.)

     
chemin  

Marianne Dubuc, Le chemin de la montagne, Comme des géants, 2017

Encore une fois, Marianne Dubuc a réussi à nous charmer avec Le chemin de la montagne. Doux, tendre et profond en même temps. Une lecture dont on ne se lasse pas. (D. C.)

     
musee  

Simon Boulerice, La gardienne du musée, La Bagnole, 2018

Il s’agit d’un extravagant voyage dans les œuvres d’art des grands musées du monde, illustré par Lucie Crovatto. (F. S.)

J’ai été si ému : Boulerice et Crovatto m’ont remémoré cette leçon de Saint-Exupéry : on ne voit bien qu’avec le cœur. Croyez bien que je ferai lire cette histoire à beaucoup de gens. (S. C.)

     
frere  

Yves Nadon, Mon frère et moi, D’eux, 2018

Le texte touchant qui fait appel à tous nos sens est magnifié par les fines illustrations réalistes de Jean Claverie. L’exemple d’une parfaite collaboration entre le texte et les illustrations. (C. R.)

     
je suis belle  

Angèle Delaunois, Je suis belle!, L’Isatis, 2018

Les fillettes ne sont pas des ornements. Elles sont belles dans leur vitalité, leur générosité, leurs rêves, leurs jeux et leur expressivité. C’est ce que clame joyeusement tout le livre! (I. C.)

     
soupe aux lentilles  

Carole Tremblay, La soupe aux lentilles, La courte échelle, 2018

Cette année, la qualité était au rendez-vous, et faire un choix a été déchirant. Partagée entre l’humour, l’émotion ou le propos engagé, j’ai opté pour La soupe aux lentilles. (R. L.)

     
lou  

Pascale Bonenfant, Lou, à compte d’auteure, 2018

Une lecture douce comme un matin de printemps. Écrite tout en finesse et en poésie, illustrée par Valérie Boivin, cette histoire d’amour m’a fait palpiter le cœur. (M. F.)

   

HAUT


COUPS DE CŒURS0102030405 • 06