Coups de cœur

 

Cliquez sur le logo «é» pour accéder au PDF complet de ce numéro de la revue sur le portail Érudit.



VOLUME 31, N° 2, AUTOMNE 2008


 

Javier Swedzky, Ah, la vache!, pièce présentée à la Maison Théâtre par le Théâtre de l'œil.
«Voilà une production enjouée et spectaculaire qui en mettait plein les yeux, les oreilles et la tête des jeunes spectateurs.» (RB)
«...l'un des spectacles les plus drôles qu'il m'ait été donné de voir à la Maison Théâtre.» (DS)

     
 

Mélanie Watt, Chester, 2007, Scholastic.
«L'auteure nous prouve une fois de plus, dans cette histoire à deux et même à trois voix, son talent et son humour irrésistible.» (CR)

     
 

Jacques Lazure, La Mandragore, 2007, Soulières Éditeur.
«Le succès critique qu'a remporté cette histoire, pour laquelle l'auteur a reçu le Grand Prix du livre de la Montérégie plus tôt cette année, est amplement mérité.» (SM)

     
 

Carole Tremblay (adaptation), Ton histoire d'amour, 2007, Dominique et compagnie.
«Cet album répond avec une grande sensibilité à la quête d'identité de tous ces enfants adoptés, qu'ils soient d'ici ou d'ailleurs.» (DC)

     
 

Charlotte Gingras, Ophélie, 2008, La courte échelle.
«Grâce au talent incomparable d'une auteure maintes fois primée, les scènes d'une dureté bouleversante alternent avec des moments d'une tendresse incommensurable.» (AP)

     
 

François Barcelo et François Gravel, Premier roman pour Momo de Sinro et Sales Crapaud, 2008, Québec Amérique.
«À un trimestre près cette année, deux écrivains chevronnés publiaient un roman sur le même thème : l'écriture. [...] Voilà une heureuse coïncidence thématique qu'on souhaite contagieuse.» (GL)

   

HAUT



VOLUME 32, N° 2, AUTOMNE 2009


 

Camille Bouchard, Trente-neuf, 2008, Boréal
Au-delà de l'intérêt que le lecteur portera aux détails historiques de ces premières aventures de l'homme blanc en sol américain, je garde surtout le souvenir d'avoir refait le parcours fascinant de la découverte de l'Autre. (SR)

     
 

Angèle Delaunois, La clé, 2008, L'Isatis.
L'auteure signe un texte émouvant de sobriété, de clarté et de vérité... Les illustrations de Christine Delezenne offrent une rare diversité de styles, de techniques et de ton. (GL)
Il y a de ces lectures qui créent une boule d'émotion dans la gorge. Il y a de ces livres qui laissent une empreinte lumineuse, indélébile. La clé est un de ceux-là. (AP)

     
 

Fil et Julie (illustrations) et Alain M. Bergeron (texte),
Crème glacée, limonade sucrée, 2007, Hurtubise.

Un petit album délicieusement bon. À la lecture de cet album, les cours de récréation s'emplissent de petites voix chantant cette comptine avec délectation. (DC)

     
 

Stéphane Jorisch (illustrations) & Lucie Papineau (adaptation),
Sire Hibou et dame Chat, 2008, Dominique et compagnie.

En 2008, Jorisch gagnait le Prix du Gouverneur général, volet jeunesse (illustrations), du côté anglais, pour The Owl and the Pussycat. C'est pour la superbe édition française que j'ai eu un coup de cœur. (DS)
Sans hésitation, j'ai été conquise par l'album Sire Hibou et dame Chat ... Le texte doucement surréaliste d'Edward Lear a su trouver, dans le travail de l'illustrateur, lignes et couleurs d'une grande justesse. (FS)

     
 

Serge Marois, La Robe de ma mère,
2009, création de L'Arrière Scène

Pour le vent de légèreté, de nostalgie du bonheur de l'enfance, d'humour et, osons le mot, de tendresse toute filiale qui parcourt les trois petits quarts d'heure de la représentation. (RB)

     
 

Claudie Stanké (texte) et Barroux (illustrations)
Parle, Petit Loup, 2008, Les 400 coups

Le texte évocateur et imagé de Claudie Stanké dévoile le drame avec douceur en communiquant bien l'émotion à travers ses répétitions. Il ne dit pas tout et permet à l'enfant de s'approprier l'histoire. (AL)

     
 

Anne Villeneuve, Chère Traudi, 2008, Les 400 coups
Cet album empreint d'émotions et riche en histoire (avec le grand H et le petit h), devrait se retrouver dans toutes les bibliothèques scolaires de la province. (AP)

   

HAUT



VOLUME 33, N° 2, AUTOMNE 2010


 

François Thisdale, Nini, 2009, Hurtubise.
Ce visage, en gros plan, à la fois déterminé et direct, est si près de nous qu'on a envie de le caresser! Il a une petite étoile dans l'œil. (FS)
L'auteur nous offre un moment de douceur et de réflexion sur le début de la vie, sur le souvenir de ces moments passés à se laisser bercer dans le ventre de sa mère. (DC)

     
 

Marie-Louise Gay, Quand Stella était toute petite, 2009, Dominique et compagnie.
Comme pour les albums précédents, la poésie est au rendez-vous, tant dans les illustrations que dans le texte. (CR)

     
 

Geneviève Côté, Comme toi!, 2009, Scholastic.
L'efficacité de cet album réside dans sa grande simplicité, il va tout droit à l'essentiel. (CR)

     
 

Luc Tartar, S'embrasent, 2009, création du Théâtre Bluff.
Coup de cœur pour cette œuvre du Théâtre Bluff au titre insolite mais porteur: S'embrasent, comme s'embrassent, comme prennent feu de façon spontanée. (RB)

     
 

Jocelin Boisvert, Des nouvelles tombées du ciel,
2009, Soulières Éditeur.

Voilà le genre de recueil dont la lecture fait sourire du début à la fin. On sent que l'auteur s'est fait plaisir en développant au maximum ses concepts les plus fous. (SM)

     
 

Suzanne Lebeau, Le bruit des os qui craquent, 2009, Le Carrousel.
Avec une sobriété, un dépouillement, une sensibilité qui excluent tout pathos ou distance journalistique, le texte témoigne de la réalité des enfants soldats, à la fois victimes et bourreaux. (GL)

     
 

Jean-Pierre Davits, Triste sort ou l'hurluberlu de Morneville, illustrations de Manon Gauthier, 2010, Les 400 coups.
Le personnage anticonformiste, audacieux sans être rebelle, fait sourire autant que les jeux de mots et les répétitions dans le texte, qui privilégie l'humour particulier de la caricature. (AL)

   

HAUT



VOLUME 34, N° 2, AUTOMNE 2011


 

Collectif, Oh! La vache!, 2010, Soulières Éditeur
Un superbe ouvrage hors série, né des talents d’artiste, de graphiste et d’éditeur, respectivement de Caroline Merola, Annie Pencrech et Robert Soulières. (DS)

     
 

Mario Brassard, La saison des pluies, 2011, Soulières Éditeur
C’est bref, livré en courts tableaux lyriques, où de brillantes trouvailles littéraires côtoient les belles images grisées de Suana Verelst. (DS)

     
 

Joël Da Silva, Le temps des muffins, création du Théâtre Magasin
Pour l’audace d’aller au bout de ses fantasmes, pour la maîtrise incomparable qu’atteint ce créateur en pleine maturité, pour la folie, la fantaisie, et pour la joie manifeste des petits spectateurs ébahis... (RB)

     
 

Angèle Delaunois, ill. Christine Delezenne, Une petite bouteille jaune, 2010, L’isatis.
Ici, texte et illustrations se marient à merveille pour engendrer un récit à la fois poignant et puissant sur un aspect de la guerre encore peu exploré. (DC)

     
 

Linda Amyot, La fille d’en face, 2010, Leméac Éditeur
L’auteure a su trouver les mots justes pour rendre compte de cette quête de soi parfois si difficile à l’adolescence. (DC)

     
 

Marianne Dubuc, Devant ma maison, 2010, La courte échelle
Voilà un livre qui fait confiance aux tout-petits et à cette capacité qui leur est propre de voir le beau et le merveilleux dans chaque chose. (RD)

     
 

Charlotte Gingras, Guerres, 2011, La courte échelle
L’écriture de Charlotte Gingras nous rappelle avec art que des femmes et des enfants voisins vivent au cœur de leur foyer des guerres toutes proches. (GL)

   

 

Lili Chartrand, ill. Marion Arbona, La craie rose, 2010, Dominique et compagnie
C’est d’abord pour les délicates illustrations de Marion Arbona que j’ai eu un coup de cœur. Ses illustrations ont quelque chose d’aérien, elles insufflent au récit toute son atmosphère. (CR)

     
 

Christiane Duchesne, ill. François Thisdale, Mémère et ses cinq monstres, 2010, Hurtubise
Christiane Duchesne parvient à transporter ses lecteurs dans des mondes à la fois ancrés dans un réel connu, mais portés par une poésie, une douceur particulière. (MF)

   

 

Lucie Papineau, ill. Philippe Béha, Méchant Coco, 2010, Dominique et compagnie
C’est en dispersant, au fil des pages, de nombreux moments colorés que se trame cette histoire de patience, de persévérance et surtout de fidélité. (FS)

   

 

Geneviève Côté, Sans toi!, 2010, Scholastic
Une manière d’aborder, sans lourdeur aucune, l’essentiel des relations avec l’autre dans le respect de ce que chacun est, fondamentalement. (IC)

   

HAUT



VOLUME 35, N° 2, AUTOMNE 2012


 

Caroline Merola, Histoires sucrées, 2011, Dominique et compagnie
Dans ces neuf petits contes tout en rimes, l’auteure-illustratrice s’amuse avec les mots et leur sonorité (...) C’est tout d’abord pour ses magnifiques illustrations, aux couleurs chaudes et envoûtantes, que j’ai eu un coup de cœur. (CR)

     
 

Caroline Merola, Abracadabra, 2011, La courte échelle
À travers formes et couleurs, elle force le regard à plus d’attention (...)  Que ce soit dans un sens ou dans l’autre, l’album est source d’émerveillement et de découvertes. (FS)

     
 

Mario Brassard, La saison des pluies, 2011, Soulières éditeur
Voici un texte très émouvant, écrit avec une grande sensibilité, très proche de la réalité. La douceur des mots, la poésie de la langue et des illustrations parfois très fortes en font un ouvrage remarquable, un incontournable. (DC)

     
 

Louis Émond, Philippe Béha (ill.), Le monde de Théo, 2011, Hurtubise
Un livre débordant de sensibilité, créé par une plume lucide, touchante et brillante. On y entre et on se laisse transporter au gré des pensées, des rêves de ce personnage attachant à qui l’on a envie de sourire et de dire oui. (MF)

     
 

Maude Bonenfant, Marion Arbona (ill.), Abécédaire des monstres, 2012, Les heures bleues
Où Marion Arbona a-t-elle trouvé le temps de créer ces vingt-six planches, très différentes les unes des autres dans le style et dans les techniques employées? C’est une fête pour le regard et pour l’imagination. (DS)

     
 

Angèle Delaunois, Pierre Houde (ill.), Le chant de mon arbre, 2012, L’Isatis
Cette histoire est destinée aux enfants. Mais la valeur spirituelle des thèmes abordés, et les images qui évoquent bien les sentiments liés à la nature, à la perte et à la renaissance, touchent les âmes bien au-delà de cet âge. (MR)

   

HAUT



COUPS DE CŒURS010203 • 04 • 05